forum anime-sdne

manga, sport, musique... on parle de tout!
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Sagas épiques et ballades chevaleresques

Aller en bas 
AuteurMessage
Faelshlm
Invité
avatar


MessageSujet: Sagas épiques et ballades chevaleresques   Jeu 7 Avr - 17:37

Le titre est un peu trompeur, mes oeuvres sont rarements joyeuses et ca finit souvent assez mal!!!

On m'avait imposé deux sujets pour certaines oeuvres, à savoir la vie et l'amour (que c'est orignial); ils sont toujours à peu près aussi lugubres que les autres.

On peut aussi voir l'évolution de mon niveau a fil des poèmes, je trouve ca assez marrant ^^










Voici le premier poême que j'ai créeé, et l'un des plus réussis quand à l'histoire. Il est aussi le seul à ne pas avoir de forme définie et à se composer uniquement de quatrains réunis.



La goule



Une prison cachée, à l'instar d'un mouroir
Renfermait un homme, seul, perdu dans le noir;
Et de sa mort déjà il était le miroir
Car de revoir le jour il perdait tout espoir.

Il avait supplié à d'obscurs geöliers,
Jusqu'à ce que sa voix fut un souffle brisé,
De le laisser partir ou bien de l'achever
En espérant que l'un puisse le prendre en pitié

Combien de temps déjà? Des mois, des jours, des heures
Qu'il était enfermé en ce lieu de malheur?
Il oublia son nom, entachant son honneur
Mais qui s'en soucierait, en cette nuit d'horreur?

Lui ne s'en souciait plus, la faim le tiraillant.
Il aperçut sa main, et mordit à pleine dents
Puis d'un claquement sec arracha le devant!
Son âme était perdue depuis bien trop longtemps...

Une voix distante dérangea son repas
Nimbé de lumière, l'étranger arriva
Et l'homme -ou la bête?- prestement recula
Intensément brûlé par la force de l'aura

Alors, sinistrement, le nouveau venu rit
Car c'était un démon, son âme était noircie
Et quand l'homme apeuré posa ses yeux sur lui
Le prisonnier, enfin, sut qu'il était maudit.



----------

Ensuite, en vrac, d'autres poèmes; même si ceux-là épousent la forme du sonnet, ils ne sont pas encore aboutis, ils ne respectent pas toutes les règles notamment au niveau des rimes féminines/ masculines et des "e" muets.



Les deux guerriers



Deux guerriers se battent sous l'astre déclinant;
Derniers d'une guerre qui nous ferait horreur.
Deux hommes au milieu des morts et des mourants
Se battent -serait-ce en vain?- pour venger leur honneur.

La fureur du combat, les deux en sont ivres.
Ils gesticulent en vain sur la main du destin
Parce qu'ils ont perdus toute envie de vivre
Et les deux se battent, en connaissant leur fin.

Dans la garde ennemie, une dernière ouverture
Et un guerrier se meurt, son âme s'est brisée
Sous les coups meutriers du duel acharné.

Alors, en souriant, il succombe aux blessures;
Il s'écroule sur l'herbe en lâchant son épée.
Si sa vie est perdue, son honneur est sauvé.



La fureur des rois



Deux hommes profanent un tombeau sacré
Pour chercher la momie d'un grand roi oublié
Et bassement rafler tout ce qu'ils peuvent trouver,
Déshonnorant le mort par leur cupidité

Ils ouvrent la salle et profanent le mort,
Se parent des bijoux des prëtres momifiés
Et brisent les statues aux couleurs patinées,
Sans jamais se douter qu'ils ont scellés leur sort.

Au-dessus du tombeau se lève un soleil d'or;
Parmi les statues et les tombes brisées
Se trouvent deux pillards aux visages crispés.

L'un d'eux est pétrifié, la vie quitte son corps;
L'autre pleure et gémit, sa raison l'a quitté:
Ils ont été châtiés par le mort profané.



Le Vagabond



N'obéissant qu'à lui depuis son enfance
Il parcourt les routes, guidé par sa seule chance.
Eternel voyageur plus libre que le vent,
Il guide les hommes, du plus rustre au plus grand.

Mais sa vie décline, l'Oubli lui paraît si beau!
Et il suit son chemin, il suit ses idéaux.
Vagabond solitaire, le vent pour seul soutien,
Rendras-tu l'âme seul, oublié par les tiens?

Le vieillard expira lors d'une nuit d'hiver
A coté de la route. Et le vent le pleura,
Car il était le seul à lui tendre les bras.

Sa mort misérable fut son seul salaire
Pour sa vie de bonté. Son corps fut piétiné
Par ceux des humains qu'il avait pu guider.



Une balle tirée


Je contemple ta mort, le revolver en main.
Une balle tirée, et ton souffle s'éteint:
Je t'ai abbatue, chienne que tu est!
Pourquoi m'as-tu trahi alors que je t'aimais?

Croyais-tu bien cacher ta liaison avec lui?
Voulais-tu me laisser dépérir chaque nuit?
Une balle tirée avec ce revolver,
Et son ame s'éteint, telle une ombre éphémère!

Maintenant je suis seul. Je t'ai tuée. Tu est morte.
Une balle chargée. Puis-je vivre sans toi?
Je viens te rejoindre, mon aimée, attends-moi.

Une balle tirée, je me troue l'aorte;
Je tombe a tes côtés, mes yeux se voilent enfin;
Je m'endort avec toi, achevée de ma main.



----------

Avec "la vie" comme thème, je me suis vite rendu compte que je ne pourrais jamais traiter un thème général en obtenant un résultat satisfaisant, et qu'il me faudra parler de sujets plus particuliers, comme ma vie, ou le sens de la vie.

Le premier essai sur la vie que j'avais fait m'avait déplu, il était encore trop optimiste, il se battait encore trop et il lui maquait cruellement cette touche fataliste que je voulais donner.



Irréel



Je vis dans mon monde, horrible et merveilleux
Fait de choses hideuses et d'êtres fabuleux
Jusqu'au petit matin, à mon reveil tardif;
Car il faut affronter ce monde maladif.

La ville grisâtre n'est pas naturelle,
Les hommes y travaillent d'une aveugle folie:
Affreuse parodie de mon monde immortel!
Ma vraie vie est ailleurs, je ne suis pas d'ici!

Ce que je me fiche de la réalité!
Qu'a-t-elle à m'offrir, autres que des illusions
Créées pour m'enfermer, pour tromper ma raison?

On ne pourra jamais m'empêcher de rêver;
On peut bien me tuer, mon âme est immortelle!
Mes belles fantaises valent bien ce réel!



Le second essai traitait toujours du même sujet, mais la forme était beaucoup plus libre, écrite en huitains et en conséquence il est beaucoup trop court. De plus, il est mieux réalisé, on voit mieux apparaître le coté fataliste, mais il manque encore à faire apparaître la touche d'espoir qui condamne à rester noyé dans l'ombre plutot que d'abandonner et de disparaître, pour le meilleur ou le pire.
Et puis le dernier vers est très mal réalisé, en conséquence le poème agonise sur une ligne hideuse.



Crépuscule



L'ennui s'étend comme un poison
Dans ma vie, privée d'émotions
Sans bonheur, devenue prison.

Ma journée s'éteint dans l'attente;
Pendant tant de jours je patiente
Pour que parte ce qui me hante!

Car il me reste encore l'espoir
De m'échapper enfin du noir
Pour que le jour enfin je puisse revoir.



Et voici le dernier sonnet de ma composition, je l'ai écrit sur un coup de tête après m'etre énervé. A cause de l'humeur dans laquelle je l'ai écrit, il est différent des autres, beaucoup plus métaphorique et plus flou, moins compréhensible.
Mais après tout je l'aime bien, donc je le met.



L'assassin parfait



Debout devant le corps de celle qu'il a tué,
L'assassin regarde la lune se lever.
C'est en cette soirée qu'il a enfin atteint
La maîtrise ultime du métier d'assassin.

Pendant combien d'années a-t-il éteint des vies
Pour le plaisir malsain de mutiler autrui?
Il a mit de coté sa passion meurtrière
Afin de parfaire ses talents sanguinaires.

Son corps était parfait, mais restait son esprit:
Il lui fallait encor perdre ses émotions,
Perdre goût à la vie, et devenir démon.

Devant lui repose sa bien aimée sans vie.
Il a assassiné la femme qu'il aimait:
En tuant son amour, il devenait parfait!


----------

Voici deux sonnets plus aboutits quand aux règles de la forme et de l'alexandrin, tous deux essais sur le thème de l'amour; l'un a en fait pour thème le deuil, et le second a pour thème la mort!



Le tombeau



Je pénètre en ce lieu hanté de souvenirs;
Je viens te revoir dans ton tombeau doré
Pour pleurer mon amour qui me fait tant souffrir
Mon âme se morfond, puisque tu m'as quitté.

L'air est encor chargé du parfum de la myrrhe
Les ravages du temps ne t'ont point fanée;
Je t'imagine encor te voir pleurer, ou rire
Et même dans la mort tu est toujours aimée.

O anges bienveillants, pourquoi me l'avez-vous prise?
Elle, toujours heureuse, et qui comblait mon coeur
Fallait-il donc qu'elle meurt pour payer mon bonheur?

Depuis ces tristes temps, point d'espoir ne me grise
Et mes mornes journées me torturent l'esprit
De tristes souvenirs que pourtant je chérit.



Eternelle nuit



Juché en haut du bâtiment
Je déploie mes bras en croix;
Je ne sent déjà plus le froid;
Je suis sourd aux plaintes du vent

Tel une colombe blessée
Je tombe du haut des nuages
Et je rit; je n'ait plus de rage
Envers celui qui l'a tuée!

C'est la mort qui m'attend en bas
Car je lui ait tendu les bras
Dans l'oubli je verrais ma femme.

A nouveau nous serons unis
Dans la bienveillante nuit
Du repos éternel de l'âme.



---------

Voici l'un de mes chefs-d'oeuvre: un sonnet abouti, au niveau du thème de l'histoire (une métaphoe filée sur les livres) et au niveau de la forme! Enjoy!



L'univers derrière le seuil



Une porte inconnue et pourtant familière
Nous dévoile sobrement des mondes merveilleux
Lors du trop court instant du délice éphémère
De parcourir l'ouvrage à s'en brüler les yeux.

Si l'on franchit le seuil sans regards en arrière,
On part vers l'inconnu brillant de milles feux;
On admire ce monde et notre coeur se serre
Devant tant de beautés crées par nos aïeux.

Le temps ne coule plus, le monde a disparu,
L'histoire envoütante est seule réalité;
Le reste n'est plus rien face au monde enchanté.

Puis vient le moment ou l'histoire est achevée,
Ou l'on quitte à regrets sa fabuleuse épopée
L'esprit encor hanté par la vision perdue.

----------

Le poeme suivant est une kyrielle, beaucoup plus dur à écrire que le sonnet, mais encore moins que la ballade ou le pantoume (le dernier, c'est vraiment l'horreur!)
J'y ais pasé la plus clair de mon temps, et comme c'est la première fois que je me frotte à cette forme, le poème n'est peut etre pas génial. Mais tout le monde débute un jour, et comme il est potable, je le met!



Tourments



Enfermé dans le froid qui me perce de lames,
Pourchassé en mes nuits par des démons sans âme
Brisant mon courage et ma vie piétinée!
Mais j'appelle au secours, mais nul ne vient m'aider!

Je tombe sans espoir dans mes propres ténèbres,
Enchaîné à mon crime et mon destin funèbre
Sans espoir de salut pour mon âme peinée
Mais j'appelle au secours mais nul ne vient m'aider!

Et il me faut périr si je ne peut fuir,
Car j'ai capitulé mais le tourment est pire;
Je ne peut battre seul la douleur endurée
Mais j'appelle au secours et nul ne vient m'aider...

----------

Celui-là est en octosyllabes, plus court mais plus facile à écrire.



Sans visage



Dans une ruelle bourbeuse
Gît une personne lépreuse;
Tout son visage a disparu
Et son âme n'est déjà plus.

La créature malheureuse
Etreint sa folie rieuse,
Rejetant son corps distordu
Marqué de ses rêves perdus.

Quels crimes a-t-elle pu voir
Pour être ainsi défigurée
Et sombrer dans le déséspoir?

Quelle atrocité dépravée
L'a enfermée dans le noir
Ou elle pourrit, délaissée?

----------

Voici deux essais sur le huitain.Il est assez facile à réaliser, le problème c'est sa taille (beaucoup trop court), qui ne me permet de créer qu'une description métaphorique avec. (J'ai aussi appris qu'il ne faut jamais essayer des rimes féminines en -oie ou en -omme, c'est impossible ^^)



Danse des lames



Fille de mort, fille de joie,
Belle danseuse aux pleurs de sang,
Harçelant de haine sa proie,
Conduite par son amant,
Guerrier au regard dément,
Porteur de mort, semeur de guerre
Dansant un spectacle effrayant
Qui fane une vie éphémère.

Le second est bien moins réussi, tant au texte qu'aux rimes féminines/masculines (il eût mieux valu que je mette tout au féminin, ca aurait fait moins ridicule... enfin bon tant pis) et au rythme, car il casse involontairement (cette fois-ci) vers la fin; mais je le poste quand même ^^!



Guerre


Démon tapi au coeur des hommes;
Monstre éternel asoiffé d'âmes
Qui porte le funeste arôme
De la destruction dans la flamme
De haine, portée en la lame
De la rancune et la colère
De peuples entiers - c'ets le drame
Qui décime amis, père et mère!

----------

Ce rondeau est encore une fois un entraînement à une nouvelle forme poétique (je fais plus que ca moi ^^); je ne suis pas du tout sûr de la disposition des rimes, mais les vers sont, eux, suffisament aboutis, c'est déjà ca.



Folie



Je suis prisonnier de mes propres chimères
Qui m'enfonçent, hurlant, dans l'effrayant enfer
D'une folie affreuse, ou sont réalité
Songes et cauchemars sombres et insensés!

Je verrais pour toujours ces songes éthérés
Torturer mon esprit, laçérer mes pensées
Réduisant à néant toute fuite éphémère:
Je suis prisonnier.

Et ma raison s'effrite, et mon âme peinée
Abandonne l'espoir de pouvoir s'échapper;
Je sombre lentement, mais que faire? Que faire?
Je suis prisonnier!
Revenir en haut Aller en bas
saejima
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sagas épiques et ballades chevaleresques   Jeu 7 Avr - 17:41

ouah!!!! ces long!!!!! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Faelshlm
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sagas épiques et ballades chevaleresques   Jeu 7 Avr - 17:42

C'est deux mois d'écriture ^^

Tu en pense quoi?
Revenir en haut Aller en bas
rico
Emilio
avatar

Nombre de messages : 644
Date d'inscription : 23/03/2005

MessageSujet: Re: Sagas épiques et ballades chevaleresques   Jeu 7 Avr - 17:43

J'aime beaucoup le premier!!!!
sérieu c bien vraiment pour les rime et la synthaxe ..........Bravo!
ps: je lirai les autre plus tar!!! (:tide:)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saejima
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sagas épiques et ballades chevaleresques   Jeu 7 Avr - 17:44

pareil!
Revenir en haut Aller en bas
Faelshlm
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sagas épiques et ballades chevaleresques   Jeu 7 Avr - 17:45

Je comprend, ca noie un peu sous le nombre tellement y'en a ^^

Lisez ceux de la fin surtout, ce sont les plus réussis quand aux rimes, aux vers et aux autres banalités come les e muets et la césure.
Revenir en haut Aller en bas
Clochette
l'ex blonde
l'ex blonde
avatar

Féminin Nombre de messages : 1931
Age : 109
Localisation : Paris
Date d'inscription : 23/03/2005

MessageSujet: Re: Sagas épiques et ballades chevaleresques   Jeu 7 Avr - 18:59

Bravo ^^

_________________
L'avantage d'être intélligent c'est qu'on peut faire semblant d'être con
"Tjr Zamoureuse... Les yeux qui pétillent, et les papillons dans la tête, et le sourire en prime Smile "

Merchi pr ta baniere sale_gosse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sale_gosse
basket-man
basket-man
avatar

Nombre de messages : 1885
Localisation : La Défense
Date d'inscription : 14/03/2005

MessageSujet: Re: Sagas épiques et ballades chevaleresques   Jeu 7 Avr - 22:38

moi j'ai pas tout lu!

_________________
il n'y a que le slam dunk!!

wind the yes, needs the no to wind, again the no! (raffarin power! MDRRRRRRRRRRR!!!!!!!!!!!!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anime-sdne.forumactif.com
rico
Emilio
avatar

Nombre de messages : 644
Date d'inscription : 23/03/2005

MessageSujet: Re: Sagas épiques et ballades chevaleresques   Jeu 7 Avr - 22:47

si sa peut te rassuré personne na tou lu!!!!!!!!! :ertttree: :ertttree:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clochette
l'ex blonde
l'ex blonde
avatar

Féminin Nombre de messages : 1931
Age : 109
Localisation : Paris
Date d'inscription : 23/03/2005

MessageSujet: Re: Sagas épiques et ballades chevaleresques   Jeu 7 Avr - 23:02

Vui mais le peu quon a lu est bien ^^ pacience et longueur de tps ft plus que force ni que rage ^^ en gros lire doucement et petit a petit c'est poeme c'est mieux que de les lirent super vite et que tu capte rien de ce qui est ecrit lol

_________________
L'avantage d'être intélligent c'est qu'on peut faire semblant d'être con
"Tjr Zamoureuse... Les yeux qui pétillent, et les papillons dans la tête, et le sourire en prime Smile "

Merchi pr ta baniere sale_gosse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sale_gosse
basket-man
basket-man
avatar

Nombre de messages : 1885
Localisation : La Défense
Date d'inscription : 14/03/2005

MessageSujet: Re: Sagas épiques et ballades chevaleresques   Ven 8 Avr - 0:40

ouais! ces des beau texte!

_________________
il n'y a que le slam dunk!!

wind the yes, needs the no to wind, again the no! (raffarin power! MDRRRRRRRRRRR!!!!!!!!!!!!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anime-sdne.forumactif.com
sekijyra
Hentai Shin
Hentai Shin
avatar

Masculin Nombre de messages : 1750
Age : 33
Localisation : Région parisienne
Date d'inscription : 26/03/2005

MessageSujet: Re: Sagas épiques et ballades chevaleresques   Mer 13 Avr - 21:11

C'est pour quand le recoeuille moi je te l'achette...
J'adore la poésie....
Tu veux faire des études littéraires???

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cream_fr
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sagas épiques et ballades chevaleresques   Jeu 14 Avr - 13:54

c'est clair tu est doué, il faudrait que tu fasse 1 receuil ! ^^ je trouve que tes poèmes sont vraiment super !
je vais te dire : une ame d'artiste someille en toi Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Faelshlm
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sagas épiques et ballades chevaleresques   Jeu 14 Avr - 20:01

C'est cool ca ^^ ca fait quelque chose comme trois mois que j'écris ^^ et d'ailleurs on voit l'évolution au cours du temps! ^^ happy!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sagas épiques et ballades chevaleresques   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sagas épiques et ballades chevaleresques
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» des piques aiguilles
» [ROM 2.3.5 / SENSE 3] [28.08.2011] Cool3D Sense 3.0 SagaS
» Le monde hilarant des Sagas MP-3...
» sagas de saint seiya
» [Collectif] Ballades indiennes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
forum anime-sdne :: fan :: fan fic-
Sauter vers: